Demain, on rase payant…

 Je vous le dis comme je le pense. La premier tour des élections municipales dimanche ne constitue pas en soi une grande surprise. Le pouvoir socialiste en capilotade au niveau national ne pouvait pas décemment espérer limiter les dégâts. Mais finalement on peut penser qu’il s’en tire mieux que prévu… La droite n’a pas à pavoiser non plus. En fait de vague bleue, on assiste plutôt à un tsunami du front nat. Prévisible lui aussi. On verra à l’usage, mais les expériences de l’extrême droite aux commandes d’une commune ont souvent donné des résultats très désastreux à l’exception notable de bompard à orange.

Tout démarre pour le fn sans doute mais dans un an… le discrédit sera jeté sur nombre de candidats sans expérience, placés là pour faire du chiffre .Que va faire un engelman à hayange ? Ajouter la pagaille au désarroi d’une population traumatisée. La chute de tarillon à florange est elle-aussi logique. A longwy, le maire sortant et sa jeune équipe ont mené une campagne dynamique, et on avait parfois l’impression que c’était lui le challenger. Bien vu.

Mais tout cela était je le répète prévisible.C’est un autre point de vue que je voudrais développer ici… et qui me semble autrement plus important. Ce à quoi l’on a assisté hier est à mon sens emblématique de notre époque bouleversée, bouleversante et désespérant désespérée. Je m’explique. La société de l’opulence, du toujours plus, du consumérisme à tous crins, de la grande bouffe est en train de crever de sa belle mort et personne ne va s’en plaindre. Notre civilisation est celle du monde fini. Demain vont s’ouvrir de nouvelles espérances ; demain vont se lever des hommes nouveaux… nous ne les connaissons pas encore bien sûr. Ils n’appartiennent à aucun parti connu et répertorié. Ils auront tout à construire, à reconstruire et à forger leurs propres armes… Ne cherchez pas autour de vous, ils ne sont pas encore connus… ils ne se sont pas encore fait connaître…

Ils attendent que cette civilisation du fric, du sang et des larmes s’éteigne d’elle même. C’est une ambiance de fin de règne à laquelle on assiste et c’est prometteur… Question politique, hier, on a assisté à la mort programmée dans le temps de la Vème république exsangue… La sixième est nécessaire, vitale, et sera le fruit de tous nos devoirs plutôt que de tous nos droits. Fini le temps où l’on pouvait impunément « taper dans la caisse », tenter des consensus mous, jouir de victoires étriquées, jouer au président normal… Non monsieur le président, plus rien n’est normal aujourd’hui, même si nous ne voulons plus d’illuminés comme celui qui vous a précédé. La déliquescence du système est tellement prononcée que la fin semble proche… On fera mieux avec moins… c’est là la clé du nouveau système. On essaiera de construire de petites unités de travail où chacun apportera son meilleur, sa joie de vivre, son enthousiasme… Les ressources naturelles sont finies… il nous restera et c’est essentiel les ressources humaines. Alors soyons optimistes… Nous avons tout à gagner en perdant tout.

Guy-Joseph Le Hezo,

le 24 mars 2014.

Soumettre le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

%d blogueurs aiment cette page :